Gabriel Gallant Robert

Chef, Solutions de production, Soutien médias, ISTM, CBC/Radio-Canada

«Notre époque actuelle, avec ses progrès technologiques fulgurants, continue d’offrir énormément de défis, des occasions d’apprentissage et des sources de satisfaction. J’ai commencé à faire du montage de bandes vidéo et je suis ensuite passé au montage par ordinateur. De nos jours, on peut tout faire avec des appareils mobiles, du tournage jusqu’au montage. C’est génial, non seulement de pouvoir assister à cette évolution, mais aussi d’en faire partie.»

Nous avons rencontré Gabriel Gallant Robert, chef, Solutions de production, Soutien médias, au sein d’ISTM à CBC/Radio-Canada. Nous lui avons demandé de nous parler de son cheminement de carrière, et de nous raconter comment il est passé d’un travail « derrière la caméra », à titre de monteur à la production, à un travail « derrière l’infrastructure », et de nous dire pourquoi il est resté à son poste. Gabriel considère qu’il a une double chance : pouvoir vivre une évolution technologique passionnante dans le monde de la radiodiffusion et être un collaborateur clé.

Que fait un chef, Solutions de production, Soutien médias, ISTM, à CBC/Radio-Canada?

Actuellement, je me concentre sur un projet précis qui consiste à implanter la suite Google à l’échelle de la Société. Nous sommes partenaires de Google et nous travaillons en étroite collaboration avec les ingénieurs pour faire avancer le développement de leurs produits. C’est une formidable occasion que de pouvoir participer à une telle collaboration.

En tant que chef, Solutions de production, Soutien médias, mon travail quotidien consiste principalement à résoudre des problèmes informatiques, mais aussi ceux touchant la production média. Mon équipe offre du soutien à la salle des nouvelles à Montréal, et le personnel comprend à la fois des journalistes, des réalisateurs et du personnel non technique, comme des correspondants à l’étranger. Nous nous assurons qu’ils ont accès aux applications mobiles et aux outils de production. Pour cela, nous sommes en poste 24 heures sur 24, 365 jours par année. Parfois, nous répondons à des demandes de correspondants qui travaillent dans différents fuseaux horaires, et il arrive qu’on nous demande de nous rendre à la MRC en pleine nuit pour aider à réparer une panne. Notre rôle est de prévenir ou de résoudre les problèmes rapidement afin qu’il n’y ait pas de répercussions pour l’utilisateur final.

Pouvez-vous nous parler un peu de votre cheminement de carrière à CBC/Radio-Canada?

J’ai commencé à travailler à la production en 2007. Avant, j’avais étudié en communications et en cinéma et j’avais réalisé plusieurs documentaires. J’étais donc vraiment content de faire partie de l’organisation. J’ai commencé comme monteur à la production et je participais à toutes sortes de projets : des publicités jusqu’aux grandes séries produites par CBC/Radio-Canada au sein de l’unité de programmation transculturelle. Lorsque le travail de monteur à la production a commencé à moins m’intéresser, j’ai eu la collaboration de mon superviseur pour trouver un autre poste ici.

Quand je suis entré à Radio-Canada il y a 11 ans, j’étais très attiré par la Société en tant que diffuseur national et employeur, et c’est encore le cas aujourd’hui. Notre époque actuelle, avec ses progrès technologiques fulgurants, continue d’offrir énormément de défis, des occasions d’apprentissage et des sources de satisfaction. J’ai commencé à faire du montage de bandes vidéo et je suis ensuite passé au montage par ordinateur. De nos jours, on peut tout faire avec des appareils mobiles, du tournage jusqu’au montage. C’est génial, non seulement de pouvoir assister à cette évolution, mais aussi d’en faire partie.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre travail au sein d’ISTM?

J’ai eu l’occasion de voyager dans le cadre de mon travail et de faire la rencontre de plusieurs personnes. Nous sommes tous motivés par un objectif commun : faire partie d’une grande famille qui fait bouger les choses. Lorsque les délais sont serrés, tout le monde est prêt à apporter son aide et à réagir rapidement.

L’avenir, c’est ici que ça se passe. Nous devons être agiles dans notre façon de faire les choses et assez souples pour passer d’une plateforme à une autre. Nous allons avoir besoin d’outils qui fonctionnent d’une manière similaire à la suite Google, c’est-à-dire complètement interconnectés et actualisés en temps réel. Comme organisation, nous savons que nous devons produire un contenu accessible partout et sur toutes les plateformes, instantanément. Nous devons être en mesure de sortir les nouvelles les premiers et de faire mieux que les autres. Sur les médias sociaux, l’information circule en temps réel, mais sa crédibilité est discutable. Ça démontre l’importance pour CBC/Radio-Canada de se démarquer comme un producteur de nouvelles fiable. Notre rôle dans la présentation des nouvelles est crucial pour tous les Canadiens.

Vous pouvez faire toute votre carrière ici et votre travail ne sera pas répétitif d’une année à l’autre. C’est pour cela que je reste. On trouve ici une incroyable diversité de possibilités, de personnes et de projets. J’aime les gens que je côtoie, les personnes que je rencontre et ce que je fais. Je reste parce que je suis fier du contenu que nous produisons et diffusons à la télévision française. C’est très important pour moi.

Que diriez-vous à une personne pour l’encourager à accepter un poste au sein de l’équipe?

Nous sommes toujours prêts à revoir et à réinventer nos processus et nos méthodes de travail. Nous voulons continuer d’être une organisation pertinente. Les gens qui entrent dans notre équipe ont la chance de participer à cette transformation. Vous ne vous ennuierez jamais ici. Un monde de possibilités vous attend.